En direct de la tripomobile :

Bienvenue sur Take The Trip !

Take The Trip, c’était le projet de deux étudiants, Julien Lacaze et Grégory Schlomoff, de faire le tour du Brésil en voiture, tout en filmant et en publiant chaque jour une vidéo sur nos rencontres et nos aventures.

Le projet s’est déroulé sur de juillet à août 2008. Au final, 14 000 km parcourus, 56 jours de route, une quarantaine de vidéos, beaucoup de galères, mais aussi énormément de trip tout au long de ce voyage.

Si vous avez envie d’en savoir plus, vous pouvez :

  • Consulter le plan de route pour visualiser notre itinéraire
  • Jetter un oeil à nos photos
  • Re-vivre l’aventure jour après jour. Pour cela, descendez tout en bas de cette page, et regardez les vidéos dans l’ordre, depuis le jour 1

Peut-être nous reverrons-nous une prochaine fois pour de nouvelles aventures, et en attendant… Take The Trip !

Greg & Julien – décembre 2009


Hors sujet – Take The Trip Alsace!

2 ans après, retour de Take The Trip!


Day 53 – L’imprévu

Enfin nous direz vous!

2 mois après notre retour, on ne pouvait pas terminer l’aventure sans ce making-of, qui, on doit bien vous l’avouer, a failli ne jamais voir le jour…

Pourquoi ce titre “imprévu”?
Tout simplement parce que lors de notre vol retour AF, on a juste complètement craqué: discutant avec hôtesses de l’air et stewards jusqu’à 4h du matin, regardant des dessins animés en brésilien, insultant l’italien qui avait eu la mauvaise idée d’arriver à la dernière seconde dans l’avion, empêchant ainsi la réussite de notre plan machiavélique du Day 04 avoir une rangée de 3 sièges pour tous les deux).

Merci à Thierry, qui nous a offert des desserts de “business” (la classe!) et nous a raconté sa vie dans les grandes largeurs.
Merci à Magalie pour ses délicieuses fioles d’alcool de poire, qui nous ont permis de survivre à l’absence de “refill” de champagne.
Pardon enfin à tous nos voisins, qui – il faut bien le reconnaître- ont pris cher.
On était déchaînés…

Et bien sûr, on n’a pas pu s’empêcher de filmer toutes ces bêtises, même si la qualité du son n’est pas toujours au rendez-vous…

Comme de juste!


Day 52 – Ce n’est qu’un au revoir

Point de longs discours.
Take The Trip c’est fini et ça a été pour nous une expérience géniale (on vous évitera les phrases bateau de circonstance…)
Merci à tous de nous avoir regardés, n’hésitez pas à nous laisser un petit mot
Et encore désolé pour le retard de cette vidéo et du making of (qui arrive). Ce fut dur de trouver du temps pour monter une fois rentrés!


Day 51 – les traditionnelles photos dominicales

Voilà, vous en avez maintenant l’habitude !
On vous propose aujourd’hui de revenir pour la dernière fois en photos sur nos étapes imprévues du voyage:

- Sao Paulo, la capitale économique du pays, où on a mangé dans un super restaurant
- La Costa Verde, cette longue bande de verdure le long de l’océan entre Sao Paulo et Rio
- Paraty, un superbe village historique de la Costa Verde
- Et enfin Rio, là où tout a commencé, et où tout se termine aussi, demain déjà.

Ne ratez pas dans les prochains jours:
Brasilia ( vous savez, le Day 49! Enfin si elle se termine un jour…)
Ce n’est qu’un au revoir
Le dernier making-of

Bon dimanche à tous !


Day 50 – Carnet de voyage

Décidément, la vidéo de Brasilia se refuse à nous, même si elle s’annonce grandiose ;)

Voilà on ne va rien vous cacher, on prend l’avion demain, c’est donc le moment de revenir en musique et en image sur cet incroyable tour du Brésil, dont la dernière étape a finalement été Paraty!

On vous laisse en profiter !


Day 49 – Brasilia, la capitale

Allez, voici enfin la vidéo sur Brasilia ! La fin est proche :)


Interlude musical

Hello à tous !

Pas de vidéo aujourd’hui, il nous a manqué quelques heures pour finir la vidéo de Brasilia. La faute au soleil et à la mer, une fois de plus…

Mais pour ne pas vous laisser sur votre faim, nous nous proposons de vous annoncer les 4 prochains posts :

Demain, vendredi, vous aurez enfin en exclusivité la vidéo de Brasilia, qui sera notre toute dernière vraie vidéo de voyage.

Samedi, vous découvrirez notre carnet de voyage, une petite vidéo de 3 minutes récapitulant toutes les étapes de notre parcours. Ca nous a serré le coeur de la regarder…

Dimanche, vous aurez le plaisir de découvrir les traditionnelles photos dominicales…

Lundi, ce sera le quatrième -et dernier- making-of du trip. Attendez vous au pire, c’est dans celui-la qu’on refourguera tout ce qu’on n’a pas pu vous montrer jusqu’à présent

Et enfin, mardi… ce n’est qu’un au revoir…

La fin est décidement très proche. Ne ratez pas les dernières étapes, et à tous ceux que nous aurons le plaisir de revoir à notre retour en France, le 8 septembre, nous vous disons à très bientôt !


Day 48 – de nouvelles photos

Ben oui, autant ne pas s’en priver, vous savez que cet appareil photo, c’est à peu près la seule chose qui nous reste…

Rassurez-vous, si le départ approche, nous vous réservons encore 4 ou 5 vidéos de tout premier ordre d’ici à mardi prochain!

Stay tuned!

Pour les attendre sans perdre le rythme, nous vous proposons de découvrir en photos:

Bélem, la capitale du Para , reconnue comme porte d’entrée de l’Amazonie

La route entre Bélem et Brasilia, à travers tout l’Etat du Tocantins

Et enfin Brasilia, la capitale, à ne manquer sous aucun prétexte (session de rattrapage dans la video de demain!)


Day 47 – On The Road !

Destination Brasilia ! 2200 kilomètres depuis Belém, effectués en 3 jours, avec quelques arrêts pittoresques…

Voila, maintenant, vous connaitrez tout l’envers du décor de Take The Trip. Parce que cette vidéo, c’est la vie, la vraie. Comme Auchan. 


Day 46 – Bélem, porte d’entrée de l’Amazonie

Nous avons atteint notre objectif : rejoindre Bélem et l’extrémité nord-ouest de notre périple. D’ici, il n’y a plus de route. Si on veut rejoindre Manaus et le coeur de l’Amazonie, il faut prendre le fleuve.

Nous nous contenterons donc d’une visite dans le jardin botanique de la ville pour admirer les bebêtes locales et profiterons du marché ver-o-peso (littéralement : voir-le-poids) pour goûter aux incroyables fruits amazoniens, l’un d’entre eux provoquant même une curieuse sensation d’anesthésie sur la langue !


Day 45 – Histoire du Brésil – partie 2/2

(Pour lire la première partie de cet article, voir Day 10 – Un peu d’histoire…)

Nous sommes en 1825. Le Brésil vient officiellement d’être reconnu indépendant par la communauté internationale. Mais la crise économique guette. En cause, la chute des cours du coton et du sucre, une guerre contre l’Argentine, et l’insatisfaction populaire contre le centralisme administratif.

Lire la suite… »


Day 44 – quelques photos de dunes en attendant Belem

Comme vous le savez, nous avons eu quelques démêlés avec les dunes, mais on ne leur en tient pas rigueur bien au contraire, et on vous propose de redécouvrir en photos:

- Barreirinhas et le fabuleux parc des Lencois Maranhenses

- Sao Luis, la ville francaise

- Alcantara, base de décollage de fusée, mais plus connue sous le nom de ´ville fantôme´

Bon week-end à tous !


Day 43 – São Luis do Maranhão

São Luis… La seule ville brésilienne fondée par un Français – Daniel de La Touche, seigneur de La Ravardière. Et accesoirement, ville natale de Grégory.

Beaucoup de plaisir à re-découvrir cet endroit, qui nous a laissé une impression très différente des autres villes. Entre son magnifique centre historique, classé Patrimoine de l’Humanité par l’Unesco, et ses immeubles flambants neufs en bord de mer, nous nous sommes tous les deux dit que ce serait sans doute un des endroits du Brésil où nous aimerions le plus habiter…

Influence des 15 années que Grégory y a passées, ou réelle magie de l’endroit ? Un peu des deux, sans doute…

Et un grand merci à André et à sa mère, Fatima, qui nous ont si gentiment accueillis, nourris, logés, et blanchis pendant notre séjour sur place. Obrigado !


Day 42 – Ca sent la fin…

Nous profitons d’une petite escale dans l’incroyable désert de dunes et d’eau des Lençois Maranhenses, pour revenir rapidement sur le chemin parcouru, et annoncer les prochaines étapes du voyage…

La fin est proche !


Day 41 – Chronique d´une mort annoncée

Vous le sentiez, il fallait bien que ca finisse par arriver…

La caméra est définitivement morte, victime d´une mystérieuse malédiction qui tient en cinq lettres:

S-A-B-L-E

Comment allons-nous faire pour continuer le voyage? C´est ce que vous saurez en regardant cet épisode…


Day 40 – Le retour du making-of

Et oui ! Après de nombreuses galères, et une tentative de postage ratée hier soir, faute d’internet suffisament rapide, voici enfin le nouveau making-of, troisième du nom, et avant-dernier de la série…

Enjoy !


Day 39 – Les photos dominicales

Avant de profiter du making-of de demain et de tout savoir sur notre matériel audiovisuel, nous vous proposons quelques photos pour finir agréablement le week-end.

Jericoacoara, avec ses dunes et sa plage

et Parnaiba, avec un peu de la route que nous avons faite. On vous laisse admirer en particulier les magnifiques ponts écroulés qui ont jalonné notre parcours…

A demain pour le making-of, et autres réjouissances pour la semaine !


Day 38 – Journée de merde

« Un homme averti en vaut deux ».

C’est ce que nous nous disions hier sur la dune du coucher de soleil de Jericoacoara, en réfléchissant aux conséquences d’un ensablement nocturne, d’où personne ne pourrait nous tirer. Nous avons donc pris la sage décision de passer la nuit à Jericoacoara, dans un bar avec Wifi gratuit que Greg venait de découvrir, avant de repartir de bon matin.

So far, so good.

Après une nuit à peine entrecoupée par les questions d’un policier venu nous demander ce que que nous faisions là, garés au milieu de nulle part, nous reprenons vaillamment la route vers 8h20 (belle performance !), direction Parnaiba, ville de l’Etat du Piaui, qui possède le seul et unique delta fluvial de toute l’Amérique du Sud.

« Chouette, ça nous fera une vidéo », pensions-nous.

Première étape : franchir les dunes qui nous séparent de la route ! On a pris l’habitude de conduire sur le sable, on traverse donc toute la plage sans trop de difficultés, jusqu’à arriver au point critique : la dune (vous vous rappelez, celle où on était restés bloqués à l’aller). Nous prenons notre élan, crions très fort… mais restons ensablés à quelques encablures de la descente… dur ! Heureusement, avec l’aide de 4 ou 5 pêcheurs, nous sortons de ce mauvais pas.

Ca commence bien, mais ce n’est que le début.

En cours de route, nous croisons de nombreux animaux sur la route : chiens, bœufs, chevaux, ânes, poulets, et urubus. Tous semblent bien décidés à vouloir passer sous les roues de la voiture, et c’est d’ailleurs ce qui arrivera à un malheureux poulet, qui ne savait pas trop s’il valait mieux aller à gauche ou à droite pour éviter la voiture.

Finalement, le Delta de Parnaiba s’avère fort peu exceptionnel, et c’est un peu déçus que nous regardons l’une de ses nombreuses branches depuis le bar où nous déjeunons.

« Tant pis, allons directement à Barreirinhas, ça nous fera gagner du temps, et au moins ça sera bien ! »

Aussitôt dit, aussitôt fait, nous reprenons la route. Après 100km, on fait une petite pause, histoire que Greg relaie un peu Julien, et c’est reparti. Mais ça ne rate pas, après 40km parfaits, la route est soudain trouée de partout, et bim ! On crève… Il ne manquait plus que ça, on avait presque oublié ce que ça faisait. Dans notre malheur, nous avons de la chance, il y a une borracharia juste à côté, à Sao Bernardo. Et c’est en discutant avec notre réparateur qu’on réalise que ça fait 40 km qu’on est sur une mauvaise route ! Il faut revenir en arrière, et dire qu’en plus on aurait pu éviter de crever.

Julien reprend le volant, et on rattrape le temps perdu : nous voilà à Tutoia, où il nous reste à peine 50 km à faire pour arriver à Barreirinhas ! Cool !

Mais la population locale est formelle, il est impossible d’y arriver par ce chemin avec notre voiture (contrairement aux infos de la carte !). On n’a pas assez d’argent pour y aller en 4×4 et payer une auberge là-bas, on décide donc de dîner, et de repartir là d’où on vient (et oui, ça ne s’invente pas !) pour y accéder par une autre voie plus au sud. Oui oui, il est 19h30, et il nous reste 400 km à faire (on en a déjà fait 450 !). On repasse donc avec émotion à Sao Bernardo (dire qu’on y était 3 heures plus tôt !), en prenant bien soin cette fois d’éviter les trous.

Arrivés à Urbano Santos, il nous reste à peine 70km à faire. 70km de sable… en plein nuit… Et quand on connaît la qualité de la signalisation brésilienne, on se dit qu’on est mal partis. On tourne un peu (c’est-à-dire une heure, pendant laquelle on parvient péniblement à faire 20 km…).

Echaudés par nos exploits passés, nous nous disons sagement que la nuit porte conseil, et nous endormons donc au milieu du sable, à l’entrée de 3 pistes dont on ne sait même pas si au moins l’une d’entre elle pourra nous mener à destination.

Le lendemain, des motards nous confirment ce qu’on craignait, impossible d’atteindre Barreirinhas par ce chemin là ! Devinez quoi : encore 170 km inutiles à rebrousser ! On en a marre, mais bon, on se dit que c’est dans la lignée de la veille… Nous prenons alors une grande décision : contents de ne pas être restés ensablés, mais passablement énervés d’avoir parcouru 400 km et perdu une journée pour rien, nous nous rendons directement à Sao Luis, d’où nous atteindrons Barreirinhas, coûte que coûte !

A bientôt pour de nouvelles aventures !


Day 37 – Le crocodile qui bronze au soleil

Et oui, c’est bien ça que signifie Jericoacoara en langue indienne.

Alors désolés de vous décevoir, mais en termes de crocodiles, RAS… Ca serait plutôt Club Med et compagnie, mais ça a son charme aussi vous allez voir.

On en a donc profité pour s’essayer à la planche à voile! Au moins vous ne pourrez pas nous reprocher de ne pas essayer d’innover!

Bonnes vagues!


Day 36 – Vous reprendez bien encore un peu de plage?

C’est vrai, ce tour du Brésil se transforme de plus en plus en tournées des plus belles plages du pays.

Rassurez-vous, en dépit du farniente, on ne perd pas de vue nos objectifs, et les rencontres avec les brésiliens se font de plus en plus nombreuses et intéressantes, même s’il est vrai que ça manque un peu de brésiliennes tout ça ;)

On ne l’avait pas encore fait depuis le début du voyage, on vous propose donc de découvrir ce concept de plage au Brésil, qui bien plus qu’en France, est un “espace social” et lieu de vie par excellence!

Morceaux choisis.


Day 35 – L’expérience AquaSub

Aujourd’hui, on vous emmène découvrir un sport nouveau, inventé par deux ingénieurs brésiliens à Fernando de Noronha : L’AquaSub !

L’Aquasub fait partie de ces sports qui peuvent susciter l’interrogation suivante : mais pourquoi personne n’y a pensé avant ?

Peut-être parce que pour l’inventer, il fallait trouver dans un même lieu de l’eau chaude et transparente à plus de 30 mètres, et une vie sous-marine exubérante.

Forcément…


Day 34 – De la plage, encore de la plage

Point de vidéo aujourd’hui, repos dominical oblige, mais nous vous proposons de revenir en images sur nos dernières destinations:

- Praia da Pipa, lieu de la perte (mémorable) de nos cartes bleus et papiers d’identité

- Fernando de Noronha, dont vous avez déjà pu apprécier 3 vidéos, la dernière étant à suivre demain lundi

- Canoa Quebrada, une magnifique station balnéaire de l’état du Céara, qui nous a il faut le dire complètement bluffés, et dont nous vous recommandons fortement les bars-boîtes de nuit!

A bientôt pour de nouvelles aventures en vidéo, et bien sûr…

Take The Trip !


Day 33 – Le saut de l’ange

Il y a une baie à Fernando de Noronha où chaque matin, des troupeaux entiers de dauphins viennent jouer et effectuer moult pirouettes au-dessus de l’eau. Et bien sûr, nous nous sommes dit : “Oh, le beau sujet de vidéo que voilà”.

Mais l’animal est du genre syndicaliste, et il a des horaires précis : on ne le trouve qu’entre 5h et 7h du matin, très précisément, hors week-end et jours fériés. Nous avons donc courageusement mis notre petit réveil à 5h, histoire d’y arriver à 6h (oui, parce qu’il y a une petite heure de marche, quand même)

Après un réveil effectif à 6h50, nous avons décidé de tenter la chance et d’y aller quand même, mais en courant. A peine réveillés, ce fut rude. Surtout quand à l’arrivée, suants et essouflés, on apprend qu’ils sont déjà partis.

Salauds de dauphins !

C’est assez, dit Julien. Nous ferons donc une vidéo sur autre chose… Mais quoi ?


Day 32 – L’attaque des Mabuyas

Premier jour et déjà des paysages paradisiaques…
De la plongée sous-marine jusqu’à plus soif, et surtout la découverte de la surprenante (et très audacieuse) faune locale!


Day 31 – Trip Airlines vous emmène au paradis

C’était écrit, nous allions pouvoir continuer à tripper, même sans Tripomobile…

On vous emmène pour sans doute la plus belle escale de notre voyage : le paradis terrestre de Fernando de Noronha…

And stay tuned ! A partir de demain, et pour les 3 prochains jours, nous vous réservons 3 vidéos de l’île…


Day 30 – Un partout pour la mer !

Vous vous souvenez peut-être du jour où nous avons perdu les clés de la voiture… Désespérés, nous avons eu l’incroyable surprise de les retrouver, rapportées par une vague alors que nous les cherchions sur les rochers…

Cette fois, la mer a gagné, et elle ne nous rendra pas notre portefeuille et ses menues bricoles : cartes bancaires, d’identité, 50 reais et autres petits papiers…

Tant pis ! Ça fera une offrande pour Iemanjá, la déesse de la mer dans le Candomblé, comme nous l’a si gentiment fait remarquer Mariana, la conseillère à la Banque du Brésil de Grégory, en guise de consolation :)


Day 29 – Le concert d’Ivete Sangalo

En discutant avec la petite danseuse de Frevo d’Olinda (vous savez, celle avec le petit parapluie multicolore dans la vidéo 26), nous apprîmes l’existence du Requebra Brasil, un grand festival de forró qui se tiendrait le week-end à Recife, avec notamment Ivete Sangalo.

Ivete Sangalo, c’est une des plus grandes stars brésiliennes. Son style de musique a été baptisé “Axé Music”, le Axé étant les énergies positives dans les traditions du candomblé de Bahia, région dont est issue Ivete.

On vous laisse apprécier :)


Day 28 – Pari tenu !

Après avoir passé deux jours à Olinda, à visiter la ville, boire des cocktails, et découvrir le Maracatu, ce qui devait arriver arriva : nous avions plein de rushes sur les bras, et deux vidéos à monter.
Comme souvent, nous avons donc mis en place notre petite tactique habituelle : se poser une journée entière dans un centre commercial, et profiter du wifi gratuit et de l’ambiance familiale (autrement dit, bruyante) du lieu.

Lire la suite… »


Day 27 – O dia anual do Maracatu

En nous promenant En cherchant un cyber-café dans les rues d’Olinda, nous sommes tombés sur un groupe de jeunes filles tambourinant vigoureusement sur un rythme envoûtant. Renseignement pris, il s’agissait de la célébration du jour du Maracatu, un mélange de chants, de danse, et de percussions venus d’Afrique…

Caméra au poing, nous sommes allés prendre quelques images sur le vif !


Day 26 – Laissez-vous emporter par le charme d’Olinda…

Et voila, Take The Trip reprend du service, et nous sommes fiers de vous présenter notre vidéo d’Olinda, une petite ville pleine de charme, tout à coté de Recife.

Restez avec nous pour la suite des aventures !


Nouvelles photos !

Tandis qu’on upload péniblement la vidéo 26 depuis la voiture, en captant le wifi d’un café fermé (normal, il est 2h du mat’), on en profite pour vous inviter à jeter un œil aux photos de “Porto de Galinhas”

Enjoy :)


Day 25 – Making-of trip, volume 2

Et voila, après une petite pause, TakeTheTrip reprend sa course. Nous vous proposons le making-of numéro deux, histoire de vous faire patienter avant les prochaines vidéos, qui arrivent très bientôt !


“Le trip n’était pas là…”

C’est le constat sans appel effectué par Julien, alors que nous revenions sur notre journée d’aujourd’hui en nous demandant pourquoi nous n’avons pas réussi à produire de vidéo.

Il faut dire que malgré tout, ce qu’on vit ne ressemble pas tout à fait à des vacances. Nous n’avons pratiquement jamais eu le temps de faire quelque chose pour nous. Lire un livre, aller au ciné, etc… Même quand nous allons à la plage, nous prenons la caméra en nous disant qu’il y a aura peut-être quelque chose à en tirer….

Et forcément, ça devient pesant. Alors, puisque c’est le week-end, profitons-en ! On va se reposer, et lundi, c’est promis, on revient avec les prochaines vidéos.

Merci à tous ceux qui nous suivent, restez avec nous, et….

Take The Trip !

“Et pour premier acte du défi qu’ils portaient à la société, Julien et Greg irent au ciné voir Batman.”


Day 24 – Une petite pause s’impose…

Et voila, après l’avoir tournée une première fois à Mangue Seco, et perdue dans les conditions que l’on sait, voici enfin la vidéo du deuxième bilan !

Au programme… Et bien vous verrez bien !


Day 23 – Du sable, des souvenirs, et des larmes…

Voila à peu près tout ce que nous ramènerons de Mangue Seco.

Le sable, collé un peu partout sur la caméra. Conséquence d’une violente chute alors que nous dévalions une dune géante, et qui a emporté par la même occasion le petit disque dur de la caméra avec nos derniers rushes. Ne nous laissant que les souvenirs de ces belles images, et nos yeux pour pleurer.
Lire la suite… »


Day 22 – Peintures rupestres et petites bêtes vertes

Nous continuons donc nos aventures dans la Chapada Diamantina, et cette fois-ci, il ne s’agit pas de formations rocheuses, mais de peintures rupestres, datant, carbone 14 à l’appui, d’il y a plus de 8000 ans. Et celles-ci nous réservent quelques surprises….

Suivez le guide (ou pas ;)


Day 21 – Fleurs d’Aragonite, Electites, et autres merveilles souterraines

Nous voila donc enfin arrivés dans la Chapada Diamantina ! Après une courte nuit dans le petit village de Lençois, qui est, soit dit en passant, absolument délicieux, on part explorer une grotte qui est parait-il la plus belle et la plus riche grotte du Brésil, avec des formations rocheuses tout à fait surprenantes.

Suivez le guide !


Day 20 – S’ils avaient su…

S’ils avaient su, chez Thrifty, notre sympatique compagnie de location -que l’on salue au passage- ce qu’on allait faire avec la voiture… peut-être aurions-nous été obligé de faire le tour du Brésil à pieds !

Pendant ce temps la, des différents éléments de l’intérieur de la tripomobile commencent à se détacher, et si nous arrivons a garder ne serait-ce qu’un réal des 750 reais de franchise, ce sera déjà un miracle…


Day 19 – Une ville venue d’Afrique : Salvador

Salvador est la plus africaine des villes brésiliennes. Port d’arrivée des navires chargés d’esclaves, du temps de la colonie, Salvador est aujourd’hui une ville où toutes les cultures se mélangent sans jamais s’uniformiser.

La capoeira, comme vous avez pu le voir dans la vidéo 17, et dont Salvador est la capitale, est un exemple de ce mélange. Le candomblé, qui mêle des éléments de différentes religions africaines avec la religion catholique, en est un autre.

Quant à nous, nous sommes partis de bon matin faire une balade dans la ville. Sans programme et sans story-board, nous avons capté les images comme elles arrivaient, pour essayer de retranscrire l’ambiance incroyablement vivante, colorée et tourbillonnante de la ville.

Nous espérons que vous apprécierez, en dépit de nos petits problèmes de vent sur les micros, que l’on cherche toujours à régler…


Day 18 – Salvador en photos…

Avant de découvrir la ville la plus africaine du Brésil dans la vidéo de demain, nous vous invitons à visiter notre toute nouvelle rubrique photos!

Vous y retrouverez nos meilleurs clichés (enfin on espère…) qui vous permettront de suivre l’ aventure d’une façon encore un peu différente…

A consommer sans modération!

Pour accéder directement aux photos de Salvador, cliquez ici!


Day 17 – Entre danse et lutte… La capoeira !

Lors de notre escapade à la librairie, nous avons rencontré Maristela, qui nous a proposé d’assister à un spectacle de capoeira se déroulant le soir même, dans un petit bar branché d’Itacaré. Et juste avant le spectacle, nous avons eu l’occasion d’interviewer Mestre Peroá, le maître de capoeira qui a fondé le groupe qui se présentait ce soir là.


Day 16 – L’Ours à lunettes d’Itacaré

L’ours à lunettes ! Derrière ce nom fort sympatique se cache une petite librairie internationale, aussi inattendue à Itacaré que le duo Yorkshire + Labrador qui en garde farouchement l’entrée.

Vaillant que nous sommes, nous avons franchi le pas, avec pour objectif de monter la vidéo du jour autour d’un café-brownie, et nous y avons fait la connaissance de Sarah…

Enjoy it !

(et in english s´il vous plaît)

Un grand merci à Sarah, à Maristela, et à Mestre Peroá, que vous ne connaissez pas encore, mais que vous rencontrerez demain.


Day 15 – Promenons-nous dans la mangrove

Nous nous retrouvons donc pour une petite promenade en barque sur la rivière Trancoso, guidés par Bernardo. C’est l’occasion de découvrir -de loin, car nous avons préféré ne pas y tremper nos papattes- la formidable mangrove, dont le nom évoque des senteurs tropicales et exotiques. De boue.

A part ça, c’est également l’occasion de découvrir les Bem-Te-Vi, ces oiseaux jaunes à la tête rayée blancs et noirs, et qui portent ce nom en raison de leur cri, qui semble littéralement dire : “Bem-te-vi” (“Je t’ai bien vu”), et bien sûr, les palétuviers, les seuls arbres qui peuplent ces rivages, car leurs racines aériennes leur permettent de capter l’oxygène absent des boues marécageuses de la mangrove.

Voila voila…

Et parce que nous sommes sûrs que vous allez nous le demander, la chanson qui passe à la fin est le fruit d’une heureuse collaboration entre la brésilienne Vanessa da Mata et Ben Harper. Elle s’intitule Boa Sorte / Good Luck, et vous pouvez l’écouter ici.


Day 14 – Tout est bien qui finit bien…

La boue, on ne le dit pas assez, est une substance fascinante. Mais avant toute chose, soyons bien clairs : il y a boue et boue, et bien mal avisé celui qui prétendrait qu’il ne s’agit que de farine du même sac.

Bien au contraire. On peut d’emblée distinguer allègrement les boues argileuses, que l’on trouve -par exemple- sur les routes brésiliennes, des boues marécageuses (du type eau + limon), présentes sur les marécages en bordures des lacs et des rivières, et qui feront l’objet d’une vidéo ultérieure. Quant aux boues d’épuration, fruit des stations du même nom, nous ne nous attarderons pas dessus.

Les boues argileuses, donc. De couleur ocre, on les trouve tout spécialement sur les routes de terre brésiliennes,  après une belle après-midi pluvieuse, lorsque le sol autrefois poussiéreux se retrouve gorgé des eaux tropicales.

D’ailleurs, il est incorrect d’affirmer qu’on la “trouve” sur les routes. Non. C’est bien la route elle-même qui devient boue, et autant vous dire qu’il s’agit des conditions idéales pour un embourbement de première qualité, comme en atteste du reste la roue arrière de notre voiture.

To make a long story short, nous étions partis à la recherche de Trancoso, et nous nous sommes embourbés 3 fois. La première fois, nous nous en sommes tirés facilement. La deuxième, ça nous a pris une demie-heure, et la troisième fois, nous avons jetté l’éponge. Nous étions perdus sur un chemin de boue strictement désert, au milieu d’une forêt, et avec pour seuls compagnons les crapauds et les moustiques.

Après avoir donc occupé notre temps du mieux que nous pouvions à tuer les moustiques (13-9 pour Greg, mais Julien a triché en ouvrant sa fenêtre au cours de la nuit pour tenter d’augmenter son score), et après avoir commencé a regretter notre dernier repas et nos mamans que nous ne reverrions peut-être plus jamais, nous nous sommes reveillés le lendemain matin aux premières lueurs de l’aube pour quérir de l’aide.

Nous avons donc marché, pieds-nus, pendant une heure, avant de revenir sur nos pas et nous rendre compte que nous étions à 300 mètres d’une exploitation de bois et de ses nombreux tracteurs. Nous apprîmes ainsi que tous les arbres aux alentours étaient des eucalyptus, destinés à être transformés en feuilles de papier. Les bûcherons qui y travaillent restent sur place du lundi au vendredi. Nous avons donc eu beacoup de chance d’être un lundi. Un jour avant, il n’y aurait eu personne.

Nous vous laissons découvrir la suite en images :

 

 


Day 13 – Rien de tel qu’un petit rallye nocturne…

Reposés après une journée marquée par un énorme brunch, une baignade sur une plage de corail, et -il faut bien le dire- beaucoup de montage, nous prenons vaillamment la route vers 20h pour rejoindre la plage de Trancoso (“t’inquiète c’est à 20km, on y est dans 25mn!”), où – nous l’espérons- nous pourrons uploader notre vidéo…

Comme vous allez le voir, ce n’est pas tout à fait comme ça que ça s’est passé…

La suite au prochain épisode!


Day 12 – Making-Of du trip, volume 1

Parce que vous avez toujours rêvé de découvrir les coulisses de Take
The Trip, nous vous présentons notre premier making-of, reservé aux
inscrits à la newsletter.

Si vous n’êtes pas encore inscrit, c’est très simple, il suffit de
taper votre adresse e-mail dans la colonne droite du site, et de
valider le mail de confirmation.

Si vous êtes déja inscrit, tapez l’adresse mail que vous avez utilisée
pour l’inscription dans le champ ci-dessous pour voir la vidéo :



Day 11 – l’heure d’un premier bilan…

Après 10 jours de voyage, nous nous sommes dit que ça serait sympa de vous montrer tout notre parcours sur une carte, et de revenir sur nos 2 000 premiers kilomètres, avant de franchir, à pieds, et courageusement, la frontière qui nous mène vers Bahia et cet immense Nordeste qui constitue le cœur de notre voyage.

A suivre : le premier making-of, réservé aux inscrits (inscrivez-vous si vous ne l’avez pas encore fait, c’est gratuit : il suffit de taper votre nom et votre adresse mail, dans la colonne droite du site).

A suivre également : les vidéos de nos rallyes nocturnes sur les routes boueuses du littoral bahianais. Comment nous nous sommes embourbés dans ces mêmes routes, sous la pluie, et en pleine forêt. Et comment nous avons été sauvés d’une mort certaine par les bûcherons d’une exploitation d’eucalyptus. Et bien sûr, des vidéos culturelles, des plages, du trip, etc…

Take The Trip ! C’est frais et ça arrive chez vous chaque matin.

Comme le lait.


Day 10 – Un peu d’histoire…

Après deux semaines de voyage, nous vous avons déjà montré beaucoup de choses, mais peu parlé des 500 ans d’histoire du pays, que nous allons essayer de vous résumer du mieux possible…

La découverte officielle du Brésil par Pedro Alvares Cabral remonte à l’an 1500, à Porto Seguro (une de nos prochaines étapes), alors que celui-ci tentait d’atteindre les Indes par l’ouest.

Bien sûr, avant l’arrivée des Portugais, le pays était déjà peuplé par de nombreuses tribus indigènes, parmi lesquelles les fameux Tupis que Montaigne décrit dans ses Essais… Pour la petite histoire, on estime que ces tribus comptaient à l’époque entre 3 et 6 millions d’habitants, contre à peine un million pour le Portugal.

Mais au début, la terre n’intéressait les Portugais que pour son bois, dont le pigment rouge -comme la braise- a donné son nom au pays. Lire la suite… »


Day 09 – On aura au moins trouvé du pétrole !

Pas de pépite à Ouro Preto, pas de Vuitton à Búzios, mais nous nous sommes sentis tout plein de tendresse pour cette sympatique petite pompe à pétrole de la Petrobras, qui travaillait courageusement, toute seule et en pleine nuit quelque part sur la route entre Pontal do Ipiranga et Itaúnas.

 


Day 08 – A la poursuite de l’or dans Ouro Preto

Après avoir refait un plein d’essence à la station la plus proche, puis un plein d’estomac dans une sympathique épicerie-fromagerie-casse-croûterie en bordure de route, après avoir pris une vraie douche (enfin) dans une station-service pour camionneurs, après avoir fait du rallye dans les routes de montagnes en pariant sur une arrivée a 20h, puis 21h, puis 22h, c’est finalement à 23h que nous sommes arrivés a Ouro Preto, épuisés, transis de froid, et complètement dépaysés.

Heureusement, la fondue savoyarde et le litre et demi de bière à 11 reais nous ont remis sur pied, et nous sommes partis le lendemain explorer la ville et son sous-sol à la recherche de l’or qui recouvre les vingt églises de la ville…


Day 07 – Testons la réserve…

Selon Julien, il est très important de savoir combien de kilomètres on peut faire avec la réserve d’essence de la voiture. Et pour ça, il n’y a qu’une seule solution… Il faut tester !

Un grand merci à Vinicius, ainsi qu’à toute l’équipe de la Via Lagos, la route qui relie Búzios à Rio de Janeiro, pour nous avoir tiré de ce mauvais pas, et on se retrouve donc dès demain avec la vidéo d’Ouro Preto


Day 06 – Búzios, Brigitte, et les crêpes de “Chez Michou”

Búzios, on ne le répètera jamais assez, c’est un peu le St. Tropez brésilien. Ne manquent que les yachts, et que l’on expulse les derniers pêcheurs, qui donnent à l’endroit un charme tout particulier. Filets et barques de pêche le matin, boîtes de nuit et grosses voitures le soir… La ville serait presque schizophrène.

Quant à nous, nous sommes tombés, tout à fait par hasard, sur Tiff, Belge de son état, arrivé à Búzios alors que le village n’était encore qu’une simple colonie de pêcheurs, et qui est l’incroyable propriétaire de la crêperie “Chez Michou”, qu’il a ouverte en 1983, et qui est aujourd’hui la plus grande et la plus hype des crêperies de tout le Brésil. C’est dire !

Un grand merci à Tiff, et si vous passez à Búzios, oubliez le poisson. Mangez des crêpes !


Day 05 – La douche à la station essence

Nous voilà donc partis pour de bon, et notre vie ne se résume hélas pas à découvrir des plages parfaitement désertes peuplées par d’innombrables brésiliennes se prélassant tranquillement au soleil.

Non. En fait, tels de petits êtres sauvages, nous passons une bonne moitié de notre temps à assurer nos fonctions vitales : manger, dormir, se laver, et surtout, surtout, se connecter à internet. Cette combinaison de besoins nous a donc poussé à élire pour habitat naturel les stations-services, un des rares endroits ou l’on peut assez facilement prendre une douche et nettoyer Juju, même en l’absence de toute infrastructure.

Jugez-plutôt.


Day 04 – On pense déjà au retour…

Dans la vie, nous sommes parfois amenés à prendre des décisions importantes.

Voire carrément cruciales.

Le problème s’est récemment posé quand nous avons découvert que sur le site d’Air France, il est possible de choisir sa place dans l’avion, s’il s’agit d’un vol long-courrier, et si bien sûr vous êtes l’heureux détenteur d’une place sur ledit vol.

Hop hop hop, en trois clics et deux coups de cuillère à pot, le plan de l’avion s’affiche, la surprise écarquille nos petits yeux, et un bonheur fou inonde nos âmes :

- Julien !!! Regarde, on peut choisir ses places dans l’avion !

- Sérieux ? Mec, ça trippe !

Et fatalement, s’ensuit la question qui va occuper notre prochaine demi-heure :

- Alors, on prend lesquelles ?

Lire la suite… »


Day 03 – L’escalade du Christ

Escalade jusqu’en haut du Corcovado, la coline sur laquelle est bâtie la statue du Christ, à Rio de Janeiro. 700m de dénivelé, et 2 200m de marche le long d’un petit ruisseau.


Day 02 – Urca, Rio de Janeiro – C’est parti !

La vidéo de présentation du projet… Et demain, on prend la route !


Day 01 – Présentation de Take The Trip !

Bonjour à tous !

Après de nombreux mois de préparation, de recherche de sponsors, de création de site et de plaquettes, nous signons enfin notre tout premier article sur ce site.

Mais qu’est-ce donc que le projet Take The Trip ?

En quelques lignes, nous sommes deux étudiants, Julien et Greg, et nous partons faire le tour du Brésil en voiture, du 1er Juillet au 31 Août. Et pour rendre les choses plus intéressantes, nous nous proposons de tout filmer et de mettre en ligne les vidéo de nos aventures sur ce site.

Ainsi, à partir du 1er Juillet, venez nous rejoindre et partager nos aventures, au rythme d’une vidéo par jour. En attendant, je vous propose de découvrir notre toute première vidéo. Avant-goût de ce qui vous attend pendant 80 jours… Parlez-en autour de vous!